Les manchettes du député

7
November

FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES
LE GOUVERNEMENT DOIT FAIRE BEAUCOUP MIEUX

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 7 novembre 2016 – Estimant que le financement des organismes communautaires doit être rehaussé, le député de Labelle, Sylvain Pagé, ainsi que ses collègues députés de l’aile parlementaire du Parti Québécois appuient la campagne « Engagez-vous pour le communautaire » où 4000 organismes d’action communautaire se mobilisent cette semaine afin de sensibiliser la population à leur mission.

« Il faut que le financement de ces organismes soit adéquat. Plus que jamais, nous voyons les effets désastreux de l’austérité libérale sur les personnes vulnérables qui bénéficient du soutien d’organismes communautaires. Il y a de plus en plus de jeunes, de familles et d’aînés qui ont besoin d’aide et les organismes ont de moins en moins de ressources pour les accompagner », a exposé monsieur Pagé.

En refusant de rehausser leur financement, le gouvernement contraint ces organismes à rationner leurs services, privant ainsi des milliers de personnes, parfois vulnérables, d’un soutien qui leur est pourtant essentiel. « Au Parti Québécois, nous croyons que la richesse d’une société se mesure aussi par la façon dont elle prend soin de son monde et des plus démunis et cela passe notamment par le soutien aux organismes communautaires » maintient le député.

Monsieur Pagé rappelle qu’au printemps 2013, le gouvernement du Parti Québécois avait annoncé une augmentation significative des budgets alloués aux organismes communautaires et ce, à la suite de l’adoption unanime d’une motion réclamant un tel rehaussement. Toutefois, cela n’a pas empêché les libéraux, dès leur arrivée au pouvoir, d’annuler cette augmentation. « Jamais n’aura-t-on vu un gouvernement faire preuve d’autant d’insensibilité », a-t-il déploré.

Le gouvernement doit reconnaître aux organismes communautaires leur autonomie et leur capacité d’agir selon leurs valeurs. Il doit également cesser d’exiger d’eux qu’ils fournissent des services pour lesquels lui-même s’est désengagé. « Nos dirigeants ont le devoir de s’asseoir avec les organismes et de reconnaître une fois pour toutes le travail précieux qu’ils réalisent au quotidien et le filet social qu’ils représentent. Avec mes collègues, je m’engage à porter la voix du milieu communautaire à l’Assemblée nationale; il en va du bien-être de notre société », a conclu Sylvain Pagé.

, ,