Les manchettes du député

6
novembre

PROJET DE PACTE FISCAL IMPOSÉ AUX MUNICIPALITÉS
« Ce sera moins de développement régional et plus de taxe foncière » - Sylvain Pagé

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 6 novembre 2014 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, déplore la signature imposée aux municipalités du nouveau pacte fiscal, synonyme de 300 millions de dollars de coupes dans leurs budgets et de moins de ressources pour le développement économique et social pour les régions.

Le mot "pacte", qui devrait signifier un consentement, n’existe visiblement pas dans cette manœuvre politique. Tous les contribuables du Québec paieront pour les problèmes des villes de Québec et de Montréal. Les citoyens sont perdants, les régions sont perdantes et la plupart des municipalités le sont aussi. « Le nouveau pacte fiscal ne comprend aucune mécanique ni aucun engagement à ne pas augmenter les taxes. On y annonce même, dans l’article 3.3, de nouveaux moyens de taxation pour les municipalités », a déclaré Sylvain Pagé.

Le député rappelle qu’un grand nombre de mairesses et maires de grandes villes et de petites municipalités dénoncent la signature du pacte.

« Essentiellement, le ministre des Affaires municipales a échangé une facture de 300M $ contre le projet de loi 3 demandé par les maires Labeaume et Coderre. La politique du gouvernement, c’est la division : les régions les unes contre les autres et les maires les uns contre les autres. C’est la centralisation des pouvoirs à Québec et la sous-traitance des hausses de taxes aux municipalités, donc aux contribuables des régions », a poursuivi monsieur Pagé.

Coupes dans les ressources pour le développement régional
Pendant qu’il affiche un des pires bilans en matière d’emploi – plus de 52 000 emplois ont en effet été perdus au Québec depuis avril dernier –, tout ce que le gouvernement Couillard trouve à faire, c’est de saccager un outil précieux de création d’emplois sur l’ensemble du territoire du Québec et de couper 67M $ consacrés au développement régional. Cela se traduira par une perte d’expertise indispensable à la création des emplois au Québec ou par une hausse des taxes foncières.

« Les CLD, c’est plus qu’une structure, c’est l’expertise d’employés dédiés à leur région, mais aussi de 3000 bénévoles, gens d’affaires et intervenants locaux, qui s’activent et se concertent pour le développement socio-économique de nos communautés. On vit un retour en arrière, à une époque où les municipalités se disputaient les sommes consacrées au développement de leur région. Au bout du compte, les citoyens seront les perdants et ils seront encore plus taxés », a conclu Sylvain Pagé.

, ,

5
novembre

FIN DE L’UNIVERSALITÉ DES TARIFS DANS LES CPE
LE GOUVERNEMENT VEUT FAIRE PAYER LES FAMILLES DE LA CLASSE MOYENNE

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 5 novembre 2014 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, dénonce l’acharnement du gouvernement libéral sur les familles québécoises. Jamais les familles du Québec n’auront été attaquées aussi directement. Philippe Couillard, en campagne électorale, dénonçait un potentiel choc tarifaire pour les familles de la classe moyenne.« Jamais il n’a parlé de la taxe famille qu’il compte maintenant imposer. Les libéraux se disaient alors contre une hausse de 1 $ des tarifs et une fois au pouvoir, ils trouvent correct d’imposer une augmentation de 5 $! Ce ne sont pas les mieux nantis qui paieront pour cette mesure, ce sont les familles de la classe moyenne qui peinent déjà à joindre les deux bouts », a dénoncé Sylvain Pagé. 

Le député de Labelle souligne également que la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, n’a toujours pas nié qu’elle avait l’intention de taxer davantage les familles de la classe moyenne en modulant les tarifs selon les revenus. « La ministre affirme que tout est encore sur la table. Or, nous constatons aujourd’hui que son idée est faite et que les familles paieront plus. Elle dit aussi que les nombreux scénarios examinés sont en constante évolution. S’attaquer à l’universalité des tarifs en service de garde par idéologie, c’est s’attaquer à l’égalité des chances. Je lui rappelle que les services de garde, c’est un investissement, pas une dépense », a ajouté monsieur Pagé.

« N’oublions pas que le gouvernement d’Ottawa, de son côté, vient d’augmenter les crédits d’impôt fédéraux pour les services de garde. Cependant, les familles du Québec n’en bénéficient pas, en raison de l’existence de notre réseau. Et que fait le gouvernement pour remédier à ce problème? Il pige dans les poches des familles déjà surtaxées », a conclu Sylvain Pagé.

, ,

24
octobre


« LES LIBÉRAUX S’EN PRENNENT AUX JEUNES, CENTRALISENT ET ABANDONNENT LES RÉGIONS » - Sylvain Pagé

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 24 octobre 2014 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, dénonce la volonté du gouvernement libéral de centraliser davantage les décisions, ce qui vient réduire les outils et les ressources disponibles pour les régions du Québec.

« Sous le masque de l’austérité, le Parti libéral, avec l’appui de la CAQ, a fait un choix délibéré de s’attaquer aux moyens donnés aux régions pour occuper leur territoire, assumer leur développement économique et créer des emplois. On assiste à un exercice de centralisation autour des ministères à Québec, comme si les libéraux savaient mieux que les gens sur le terrain comment servir leurs concitoyens », a déclaré Sylvain Pagé.

Des mauvaises décisions qui réduisent la proximité des services :

  • Abolition envisagée des conférences régionales des élus (CRÉ);
  • Diminution de 10 % du financement des centres locaux de développement (CLD);
  • Abolition du modèle des carrefours jeunesse-emploi (CJE);
  • Diminution de 20 % des crédits d’impôt pour les régions-ressources;
  • Baisse des services de transport en commun interurbain;
  • Disparition des CSSS, par le biais du projet de loi 10, qui transfère 10 % de l’effectif des régions vers les ministères, à Québec;
  • Fragilisation de nos organismes communautaires;
  • Fusion ou disparition éventuelle des Commissions scolaires.

Le député de Labelle insiste sur l’apport essentiel de ces organisations pour le développement socio-économique des régions. « Par exemple, les CLD sont des lieux de concertation et d’action qui suscitent un développement local et la prise en charge des communautés face à leur avenir. Ils s’avèrent souvent les seules ressources professionnelles et financières à la disposition des leaders locaux et régionaux dans leur dur combat pour l’occupation dynamique de leur territoire. Si on enlève les CLD, nous risquons de perdre un outil essentiel de concertation et de développement local. De la même manière, si on abolit le modèle d’intervention des CJE, on abandonne l’intégration de nos jeunes à l’emploi et plus particulièrement les jeunes aux prises avec des problèmes d’alphabétisation, de dépendance et d’intimidation. Par ce grand exercice de centralisation, nos collectivités perdront inévitablement des emplois de qualité, car des postes seront concentrés dans les villes centres. Ce sera le départ de familles, la perte d’expertise et de leaders, la dévitalisation de nos communautés », a conclu Sylvain Pagé.

, ,

23
octobre


Le Parti Québécois appuie la campagne "Toujours fous de nos enfants"

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 23 octobre 2014 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, annonce que le Parti Québécois appuie la campagne « Toujours fous de nos enfants? ». Initié par l’Association québécoise des CPE, ce mouvement rassemble des citoyens et des organisations qui réclament le maintien des mesures fondatrices de la politique familiale québécoise, notamment le développement des places en CPE, le Régime québécois d’assurance parentale et la conciliation famille-travail-études. 

« Nous invitons la population à participer au mouvement afin de signifier au gouvernement son attachement à la politique familiale et lui dire que les mesures qui la sous-tendent sont très importantes, qu’elles sont progressistes et qu’elles ont fait avancer le Québec. Le gouvernement retarde le développement de milliers de places en service de garde malgré qu'elles soient très attendues par les familles. De plus, il laisse planer le doute et l’incertitude sur ces services, en ne niant pas vouloir couper dans le Régime québécois d’assurance parentale. On nous dit que tout est sur la table; c’est très inquiétant! », a déclaré Sylvain Pagé. 

Le député de Labelle rappelle les effets positifs d’une politique familiale forte, autant sur le plan social qu’économique. « Grâce à cette politique ambitieuse, le Québec a notamment permis aux parents de concilier la vie de famille et le travail. Les mères et pères monoparentaux ont amélioré leurs conditions de vie. Des dizaines de milliers de femmes ont accédé plus rapidement au marché du travail. Financer les services de garde et le soutien aux familles, ce n’est pas une dépense, c’est un investissement, c’est une mesure de développement économique », a conclu Sylvain Pagé.    Le député invite également la population à signer la pétition pour la sauvegarde de la politique familiale québécoise qu’il parraine, par le biais du site Internet de l’Assemblée nationale : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre opinion/petition/Petition-4833/index.html.

,

17
octobre

Inquiétudes dans les CLD
« EST-CE QUE LE GOUVERNEMENT LIBÉRAL VA S'ATTAQUER AU DÉVELOPPEMENT SOCIOÉCONOMIQUE DES RÉGIONS? »

Mont-Laurier, Rivière-Rouge, Mont-Tremblant, le 17 octobre 2014 – Le député de Labelle, Sylvain Pagé, joint sa voix à celle des nombreux élus et intervenants locaux qui demandent au gouvernement libéral d’être clair et transparent avec les centres locaux de développement (CLD), outils essentiels à l’économie des régions du Québec.

Cette semaine, le député libéral d’Abitibi-Est, Guy Bourgeois, soulignait que le remodelage des CLD se ferait sûrement au cours de la prochaine année. « Le gouvernement a déjà coupé 70 millions dans les activités des CLD. Les libéraux laissent maintenant planer la menace d’une réorganisation de l’administration et de la mission des CLD. Ce "remodelage" se fait sans aucune consultation des principaux intéressés. Ce gouvernement ajoute, encore une fois, un doute sur ses capacités à soutenir le développement économique et social des régions », a déclaré Sylvain Pagé.

Selon le député, les CLD sont les plus à même d’identifier les secteurs d’avenir pour le développement local. Ils accompagnent les communautés et les entrepreneurs pour le démarrage d’entreprises et le développement de projets porteurs. Monsieur Pagé ajoute que les mesures d’austérité du gouvernement libéral nuisent au développement socioéconomique et à la création d’emplois, particulièrement dans une région comme la nôtre, déjà fortement éprouvée par la dernière crise forestière.

« L’effet libéral signifie des pertes d’emplois et une stagnation de l’économie. Plus de 50 000 emplois à temps plein ont été perdus depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux. Le gouvernement se concentre sur les dépenses, sans agir sur les revenus de l’État. Développer les régions, en soutenant les CLD, est essentiel. Le gouvernement doit être clair avec ces organismes, au lieu de laisser grandir les inquiétudes », a conclu Sylvain Pagé.

,